Interview Pierre Gilhodes et les Gobliiins !

Pierre Gilhodes et les Gobliiins !

Pierre Gilhodes est un auteur hors du commun. Un créateur foisonnant d’idées. Stylo-grapheur fou, toujours le crayon et le bloc papier dans les mains dès qu’il n’est plus devant un ordinateur.

L’esprit vif et toujours en ébullition pour croquer puis métamorphoser toutes les idées qu’il a en tête en vue d’une nouvelle exploitation. Bédéiste, peintre, sculpteur, animateur et illustrateur de talent, ce saltimbanque de l’image a sévit sur tous les fronts.

Un féru de BD et d’illustration fantastique et d’Heroic Fantasy afin d’alimenter sans cesse ses neurones en ébullition constante.

Pierre Gilhodes vous le connaissez probablement sans même le savoir, puisqu’il fut autrefois le créateur et coscénariste aux côtés de Muriel Tramis (Sté. Avantilles), de la série des Gobliiins né au début des années 90. A l’époque où nous étions tous réunis chez Coktel-Vision.

Souvenez-vous de Oups, Ignatus et Asgard dans Gobliiins, de Fingus et Winkle dans Gobliins2 et de Blount dans Goblins3, épisode auquel j’ai eu la chance de participer modestement avec Woodruff.

Dans ce tout nouvel opus à paraître en 2009, les Gobliiins reviennent en 3D cette fois, « pour nous prendre le chou » !

A DÉCOUVRIR D’URGENCE DONC DES SA SORTIE…

Gilhodes-GOB2 Gilhodes-GOB1

Peux-tu te présenter à nos visiteurs en quelques mots ?

Pierre Gilhodes, graphiste, auteur de Gobliiins, Gobliins2, Goblins3, Woodruff & the Schnibble of Azimuth et maintenant Gobliiins4, sous titré « A la poursuite de l’oryctérope ». En toute logique, ce nouvel épisode aurait du s’appeler Goblns4, mais on n’a pas voulu trop perturber les joueurs.

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours professionnel et artistique ?

Après les années Coktel Vision, à l’issue desquelles j’ai appris la 3d, j’ai travaillé pour différentes sociétés, généralement comme animateur 3d sur des jeux vidéos, des clips ou des films institutionnels. Mais j’ai d’autres cordes dans mon sac, comme la sculpture et les dessins d’humour.

Le quatrième opus de Gobliiins doit sortir dans quelques semaines. C’est un retour que les aficionados n’attendaient certainement plus après 14 ans. Quelle a été ta principale motivation pour décider d’entreprendre seul ce nouvel épisode ?

Je n’avais pas compté les années, ça fait un choc ! Ça me démangeait depuis longtemps de redonner vie à mes gnomes. Je sentais qu’il y avait une attente de certaines personnes, un lien affectif… donc j’ai replongé.

Peux-tu nous rappeler comment est née l’aventure « Gobliiins » au sein de feu l’entreprise Coktel-Vision ?

Je ne me rappelle plus très bien, c’était pendant l’époque préhistorique des jeux vidéos. Il y avait moult jeux qui sortaient déjà chaque mois à l’époque, des jeux qui se cherchaient, qui ne marchaient pas toujours très bien, c’était une période foisonnante. On s’est dit : Pourquoi nous pas ? ou Pas pourquoi nous ? Je ne sais plus, c’est si loin, bouhou…

Peux-tu nous parler de ton acolyte, Vincent Lhermitte, qui programme Gobliiins4 avec un moteur 3D qu’il a lui-même développé ?

Nous nous sommes rencontré à Microïds, en travaillant sur un jeu ps2, Ben Hur. Il a pris toute la programmation en main, de A à Z, ça n’a pas été une mince affaire de reprendre tout à zéro, il a accepté toutes mes demandes tordues.

Sur ce nouveau titre, tu as tout réalisé toi-même : scénario, découpage, modélisation et animation je crois. D’autres graphistes sont-ils venus te prêter main forte sur ce titre ?

J’ai été aidé pour quelques animations par l’excellent graphiste corrézien Christian Laly, qui a apporté beaucoup de vie aux personnages.

C’est un travail titanesque que beaucoup de joueurs ignorent véritablement. Peux-tu nous dire ce qui t’a posé le plus de problèmes en cours de la réalisation ?

Le plus difficile a été de mener à bien un projet entier avec peu de personnes et sans pratiquement d’argent. Quand François Taupin est arrivé avec sa société Pollene, il a pu payer nos collaborateurs, ce qui nous a permis de finir le jeu.

Combien de temps a duré son développement ?

Il s’est échelonné sur deux ou trois ans, mais il y a des périodes où j’ai travaillé sur d’autres choses pour faire bouillir la marmite.

Qui s’est occupé de la sonorisation des animations et de la bande originale de Gobliiins4 ?

L’excellent musicien bruiteur Didier Sallustro nous a sonorisé tout ça, aidé de son collaborateur Shino. Didier nous a fait de jolies musique très « gobliniennes » qui apportent beaucoup à l’univers.

Quel public vises-tu avec Gobliiis4 ?

Tous les gens un peu goblins dans l’âme.

Quelle est ton actualité aujourd’hui, en dehors du fait que tu peaufines actuellement ce titre que distribuera la société Pollene ?

On débugue effectivement, après on verra, mais j’ai plein de projets en tête.

J’espère que ce nouveau titre rencontrera son public, juste récompense du travail accompli et de l’investissement personnel qu’il a nécessité.

Merci Pierre de m’avoir confié ces quelques dessins humoristiques qui permettront à nos visiteurs de mieux cerner « l’esprit Gilhodien » et surtout d’avoir bien voulu répondre à ces quelques questions.

Dans l’espoir de nous croiser à nouveau sur de futurs projets 😉

Merci Paco. Oui, une nouvelle collaboration de nos deux univers serait bienvenue, et en attendant, un apéro !

Propos recueillis le 22 octobre 2008

Gilhodes9-oreilles Gilhodes8-programmeur Gilhodes6-cinema Gilhodes5-arbres Gilhodes4-programmeur
Gilhodes3-souffleur Gilhodes2-tibet Gilhodes19-egypte Gilhodes18-grecque Gilhodes17-moyenage
Gilhodes16-koala Gilhodes14-calecon Gilhodes13-bouche Gilhodes12-ecole Gilhodes11-bananes
Gilhodes10-warcraft

Facebook-link-arts

 

Artist-weblink

 

youtube-weblink

 

Salamandre-post-footer

Jérôme Druart et l’Annuaire Des Peintres !

Jérôme Druart et l’Annuaire Des Peintres !

Jérôme Druart, artiste peintre, fonctionnaire et webmaster du site Annuaire Des Peintres.org nous ouvre les portes d’un dialogue multi culturel autour des arts et celui de la peinture plus précisément :

JeromeD-portrait

Plus connu sous le pseudo de JérômeD, Jérôme Druart conduit le forum d’une main de maître, avec élégance, aidé en cela par de fidèles modérateurs « Sépia », « Katelijn », « Ocrerouge » (mon rayon provençal), …

La volonté première de Jérôme était d’offrir un espace convivial dans lequel pouvaient se rejoindre des artistes tant amateurs que professionnels, des galeristes, des associations et des juristes. Le ton est donné et l’on s’aperçoit rapidement que l’outil intéresse le plus grand nombre.

La communauté s’est constituée rapidement depuis 2003 qu’elle est lancé et sa fréquentation augmente régulièrement au fil du temps. Devenu même incontournable pour les pratiquants qui partagent ici leurs idées, leurs différentes techniques et leurs informations sur les salons régionaux qu’ils fréquentent. Un outil indispensable aussi pour l’entraide sur les plans juridique et statutaire souvent déroutants pour nombre d’artistes débutants.

Lorsque j’ai découvert moi-même le site de Jérôme, c’est bien la convivialité et la solidarité de ses membres qui ont retenu toute mon attention. N’étant pas adepte moi-même des forums car plutôt réticent compte-tenu du temps qu’on y perd bien souvent, je me suis tout de même laissé porté et au fil du temps, sans véritablement m’en apercevoir, j’y suis resté fidèle.

On y rencontre des artistes aux talents multiples, de tous âges, avec lesquels nous échangeons sur de nombreux sujets autour de la peinture : salons, expositions, galeries, techniques… Si ce forum n’avait pas existé au moment où je me suis moi-même lancé après un changement de cap, je crois que j’aurais commis nombre d’erreurs ! Contre toute attente, j’y ai finalement gagné du temps et pris plus d’ assurance pour me situer dans ce contexte particulier. Aujourd’hui mon parcours est en évolution constante et je le dois en grande partie aux membres du Forum des peintres.

Le forum s’internationalise puisque de nouveaux membres arrivent de toute l’Europe, du Canada… Jamais de polémique stérile, ambiance bon enfant avec sérieux tout de même et sans prétention aucune. Plutôt rare à notre époque !

C’est aussi la nouvelle tendance pour les galeristes et les médias qui le consulte régulièrement sans l’avouer vraiment.

L’Annuaire Des Peintres a un bel avenir devant lui et souhaitons à Jérôme tout le succès grandissant qu’il mérite maintenant qu’il est bien ancré !

Je vous laisse avec Jérôme pour tenter d’en savoir plus sur sa véritable démarche et sur l’avenir d’Annuaire Des Peintres.

JeromeD-elements JeromeD-impact JeromeD-ondulations

INTERVIEW Jérôme Druart (Annuaire des peintres)

Bonjour Jérôme et merci de m’accorder cette interview pour les visiteurs qui ne connaissent pas encore le site. Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle donc Jérôme – Pseudo «JérômeD» – et je suis le créateur et le webmaster du site ANNUAIRE DES PEINTRES.

Tu pratiques toi-même la peinture depuis plus de 15 ans et tu es autodidacte je crois. Comment es-tu venu à la peinture ?

J’ai toujours été attiré par le dessin, la peinture sans forcément pratiquer. C’est la rencontre avec deux profs d’arts plastiques qui m’ont ouvert la voie. Le premier m’a incité à m’inscrire au lycée avec l’option arts plastiques, ce que j’ai fait. J’ai donc passé une année à faire de l’histoire de l’art et de la peinture avec un professeur génial qui m’a fait découvrir les différentes techniques, les différents styles, …

J’ai redécouvert ton site personnel en préparant ce petit reportage. Tu dis avoir peint des natures mortes et des paysages avant de t’être tourné vers l’abstrait. Pourra t’on les voir un jour ?

Non, malheureusement, je ne les ai plus. Je sais où se trouvent 2 ou 3 tableaux, mais c’est tout.

Peut-on voir les œuvres de Jérôme D exposées quelque part ?

Ah, j’aimerais bien ! Je n’ai pas exposé depuis 2004 car j’avais d’autres occupations comme par exemple la gestion du site mais lorsque je visite des expos, ou que des amis me disent qu’ils exposent, ça me donne terriblement envie ! Je cherche d’ailleurs une galerie.

A propos du forum de l’Annuaire Des Peintres, comment l’idée de le créer a t-elle germée en toi ?

Lorsque j’ai décidé d’exposer pour la première fois, je me suis retrouvé face à l’inconnu ! Comment trouver un lieu d’exposition, une galerie ? Comment me faire connaître ? J’ai donc cherché sur internet des bons plans, des idées et je n’ai pas vraiment trouvé ce que je cherchais. Comme j’avais également la passion d’internet, j’ai décidé de créer un site sur lequel il serait possible de trouver des renseignements. J’avais également l’idée, notamment grâce au forum, de rassembler des peintres et de créer une sorte de communauté d’entre-aide.

Combien de membres sont inscrits sur l’Annuaire à l’heure actuelle ?

Il y a 750 sites et 97 associations référencés. Environ 1080 membres inscrits sur le forum à ce jour !

Tu m’a fait l’immense honneur de m’accorder une première interview alors que d’autres membres du forum auraient sans doute mérité cette place. Peut-on savoir pourquoi ? Qui sera le prochain ? Un nom ou un indice peut-être ?

C’est vrai que j’aurais pu choisir un autre membre car j’apprécie le travail de plusieurs membres, mais deux raisons ont fait que je t’ai choisi. La première est ton travail, je dois dire qu’il m’interpelle. La première fois que je l’ai vu, il était loin de me laisser indifférent et de multiples questions venaient. J’avais donc envie d’en savoir plus et je me suis alors dit que je ne devais pas être le seul. La seconde raison est que ADP fonctionne exclusivement grâce au bénévolat et lorsque je peux remercier les membres actifs, je le fais par exemple en mettant un lien ou leur bannière sur le site. Comme tu as réalisé une vidéo pour ADP au moment où je travaillais sur cette nouvelle rubrique, ça c’est fait tout naturellement.

Comment parviens-tu à concilier cette activité de webmaster avec ta vie professionnelle et ta vie de famille ? Puisque je sais que tu es l’heureux papa d’un petit garçon maintenant !

C’est vrai que ce n’est pas toujours évident ! Déjà avant d’être papa, je jonglais avec mes différentes activités mais là, avec à la naissance de mon fils, j’ai encore moins de temps qu’avant. J’ai de plus en plus de travail avec le site et j’ai également d’autres projets personnels. Toutefois, c’est une question d’organisation et puis j’aime avoir plein de choses à faire sinon, je m’ennuie ! Et puis, pour le site j’ai mes trois modératrices qui s’occupent très bien du forum, ce qui m’enlève une grosse épine du pied.

Je sais que la collaboration des modérateurs est indispensable pour mener à bien un tel projet. Comment le vivent-ils de leur côté et qui sont-ils actuellement sans indiscrétions de notre part ?

Réponse de « Katelijn » : « On le vit très bien puisque c’est basé sur du volontariat, donc dans l’espoir de faire avancer la cause des peintres, quelque soit leur tendance. A partir du moment où il y a de la création mise en œuvre, elle a le mérite d’exister. »

Réponse de « Sépia » : « Sépia le vit bien, c’est une maison dont elle connait toutes les pièces parce qu’elle y habite depuis 4 ans. Elle l’aime, essaie de la rendre vivante, et la protège, en total coopération avec les autres modérateurs triés sur le volet par le webmaster qui est aussi un ami. »

Réponse de « Ocrerouge » : « Et bien je baigne dans la peinture toute la journée, et mettre mon petit grain de sel de temps en temps pour le bien du forum devient le moment où je souffle, j’en profite pour faire un peu de gym phallangeaire, et j’apprends tout plein de choses tout en veillant au grain, en collaboration très amicale avec les autres modérateurs, ce qui est très agréable … »

Comment explique-tu que l’ambiance du forum soit si sympathique et que ses membres fassent preuve d’une telle ouverture d’esprit, d’autant de solidarité à l’égard d’autrui, vers les moins expérimentés en l’occurrence ?

C’est le ton qui a été donné à la création du forum et nous faisons tout pour l’entretenir. Parfois, nous avons dû faire preuve de rigueur en recadrant certains membres qui par certains propos mettaient en péril cette ambiance. Certains forums, sous prétexte de liberté ou de bonne humeur, laissent ou ont laissé faire un peu n’importe quoi à leurs membres et ils l’ont payé par la suite. En ce qui concerne la solidarité, ce sont les membres qui agissent et nous n’y sommes pas pour grand-chose. En tout cas, c’est ce que j’espérais en créant le forum et je dois avouer qu’au début cette solidarité a été un peu longue à venir mais petit à petit une « petite famille » s’est créée et la solidarité est arrivée !

J’imagine que tu fais naturellement la promotion du site de l’Annuaire lors de différentes manifestations. Comment est-il perçu dans les différents salons d’exposition ?

Très bien, nous sommes partenaire de plusieurs expositions et les membres du forum qui participent à ces expos parlent du site autour d’eux et je pense que c’est encore mieux que des plaquettes de pub distribuées car ils font part de leur expérience et ça donne envie aux autres de venir. En règle générale, après chaque manifestation, je vois des nouveaux membres arriver et je m’aperçois qu’ils connaissent déjà des anciens membres.
Sinon, il m’arrive lorsque je visite une exposition ou un salon, de faire de la promotion et généralement les gens sont intéressés.

Pour ceux qui te liront ici et qui voudraient faire la promotion de l’Annuaire autour d’eux, que préconises-tu ? Comment doivent-ils s’y prendre avant d’engager quoi que ce soit ?

Ils peuvent me contacter et je me ferai un plaisir de les renseigner.

Es-tu a la recherche de partenaires ?

Oui, nous sommes déjà partenaire de deux grandes expositions, le SIAC et Longchamp à Marseille en collaboration avec Eve Genre Organisation. J’aimerais avoir le même type de partenariats avec des organisateurs dans d’autres régions.

A la recherche d’ambassadeurs ou d’ambassadrices peut-être ? Qui peut postuler et comment ?

Il y a quelque temps, j’ai lancé cette idée d’ambassadeurs et d’ambassadrices mais il semblerait que celle-ci ait un peu fait « peur » par son côté officiel. En effet, je pense que certains membres ne voulaient pas avoir une étiquette Annuaire des peintres vis à vis des galeries ou organisateurs d’expos. D’autres pensaient qu’il s’agissait d’une fonction à « temps plein » et m’ont dit qu’ils n’auraient pas assez de temps. J’ai tout de même eu quelques candidatures mais je me suis aperçu qu’il n’y avait pas besoin de créer ces «titres» car le bouche à oreille fonctionne très bien et sans même rien demander, les membres parlent du site d’eux mêmes, impriment des affichettes mises à leur disposition, etc.

En effet, pour citer mon expérience personnelle, j’ai véritablement démarré ma « future carrière » de peintre plasticien au moment où j’ai découvert l’Annuaire des Peintres en 2006. Les membres du forum m’ont tant apporté et soutenu en si peu de temps que je me sentais redevable du service rendu. Voilà pourquoi, aujourd’hui, j’en fais la promotion autour de moi à qui veut l’entendre, tout simplement.

Merci Jérôme et surtout longue vie à l’Annuaire des Peintres (ADP) !
Merci également à Katelijn, Sépia et Ocrerouge 😉

Propos recueillis le 18/07/08

Artist-weblink

Ecrire à Jérôme

A suivre également :

EVE GENRE ORGANISATION
Galerie Phocéa
SIAC de Marseille

Salamandre-post-footer

Domaine Saint-Laurent de Saurs

Une expérience conviviale !

Laurent Visseq, propriétaire récoltant vous accueille et vous accompagne tout au long de la visite du domaine en vous racontant l’amour de son vin à travers l’exploitation familiale crée en 1999.

J’ai croisé Magali sa compagne, la première fois lors de la Nocturne à Graulhet le 24 juin 2008 puis remarqué plus tard qu’ils étaient aussi présents au marché sur la Place du Jourdain. Ce qui attire l’attention la première fois ce sont les bouteilles parées de mille feux tant leurs couleurs sont éclatantes. A ce jour une vingtaine de cuvées différentes pour l’exploitation familiale. Mais il y a aussi les produits terroir tels les vinaigres, les confis de vin, les confitures, jus de raisin et autres délices. De quoi titiller les fines bouches !

En famille ou entre amis et pour d’autres rencontres

La visite du Domaine débute à 10h30. Les visiteurs arrivent par grappes. Habitants de la région, touristes de passage (Français, Anglais …). Le bouche à oreille et la réputation de l’accueil ici a déjà fait son petit bonhomme de chemin et nous avions hâte de le vérifier par nous-mêmes.

Laurent Visseq a quelques petites minutes de retard, pourtant certains visiteurs commencent à plaisanter à son sujet. Les éclats de rires débrident l’assemblée et les premiers échanges verbaux retentissent entre les visiteurs venus de toute la région; tandis que les plus jeunes prennent d’assaut les nombreux jouets généreusement mis à leur disposition pour les occuper.

Laurent nous dit qu’il a élaboré ses premiers vins à l’âge de 17 ans. Producteur indépendant il nous explique son parcours. Il a fallu batailler sec pour se faire connaître puis reconnaître, à juste titre d’ailleurs, et son discours n’a pas changé précisant ainsi vouloir toujours privilégier la commercialisation d’une grande partie de sa récolte en bouteille.

Respecter la Nature avant tout

Traiter la vigne et le vin uniquement si le besoin s’en ressent afin de respecter l’environnement. Les arômes naturels et subtils sont ainsi préservés. Voilà bien tout le secret d’un terroir à réinventer enfin partout en ces temps de « crise ».

Le trésor des trésors…

est sans nul doute son Rosé DOUX dont il tire une certaine fierté devant le succès remporté par cet étonnant breuvage. Liquoreux à souhait et élaboré à partir d’une vigne de raisin rouge jusqu’à la sur-maturité du raisin, ce vin possède une alchimie incomparable ! Si vous n’avez pas l’occasion de passer dans la région, je peux vous garantir que vous pouvez le commander les yeux fermés. Si vous avez des amis dans la région, dîtes-leur de faire un détour 😉

A la fin de la visite, une dégustation haute en couleurs suivie quelques longues minutes plus tard par l’immense tablée dans le jardin sous les arbres. Plus de 80 convives réunis parfois au cours de ces repas d’été. L’occasion pour nous d’aller à la rencontre des autres visiteurs dans une ambiance chaleureuse et décontractée, toutes générations confondues. Joie et bonne humeur arrosées à souhait ! Salades, grillade, vins à volonté (pour qui ne conduit pas comme moi bien sûr), fruits du verger, pétillant et café.

Toutes les bonnes choses hélas ont une fin. Aussi en ce début d’après-midi nous nous quittons les uns et les autres avec le même joli souvenir d’été en tête et le sentiment de devoir un jour y revenir.

Au nom de tous, merci à toute la famille de Laurent Visseq pour leur charmant accueil et leur parfaite disponibilité.

Rendez-vous sur les marchés de Graulhet, de Lavaur et d’ailleurs…

Artist-weblink

saurs7 saurs8 saurs5 saurs4 saurs-doc2
saurs-doc1 DCIM100MEDIA DCIM100MEDIA DCIM100MEDIA DCIM100MEDIA

Domaine Saint-Laurent de Saurs – Laurent Visseq
Saurs
81310 LISLE SUR TARN
Tél. : 04 63 40 40 54
Portable :  06 15 62 46 29

Facebook-link-arts

 

Salamandre-post-footer

Petite histoire impertinente sur l’Art

A quoi ça sert l’Art ?

Je ne pouvais pas ne pas vous faire profiter de ce film ô combien pertinent réalisé et merveilleusement commenté par Nelly Turonnet, enseignante documentaliste au Lycée Professionnel « Les Chartrons ».

« Ça sert à quoi l’Art ? » et qui est l’artiste en définitive ? Merci Nelly pour le formidable travail que tu réalises auprès des élèves.

Très intéressant aussi de pouvoir écouter leurs analyses sur ce qu’ils ont perçu et leur façon d’appréhender ces univers parfois déroutants, au premier abord.

Ils ont vraiment beaucoup de chance 😉

PETITE HISTOIRE IMPERTINENTE SUR L’ART

« Ce document, je l’ai conçu comme un outil pédagogique d’approche de l’art contemporain car je n’en trouvais aucun adapté aux lycéens car soit, les documents s’adressaient à un public plus jeune, soit ils étaient trop « pointus ». Et la plupart du temps, il faut bien le dire, avec un discours sur l’art qui me faisait dresser les cheveux sur la tête !
C’est ainsi que j’en suis arrivée à créer moi-même cet outil pédagogique. Il fonctionne très bien avec les élèves et les débats qui s’en suivent gagnent en qualité.

Je suis une mordue de l’image pour la plus grande joie des élèves qui se réapproprient ainsi les projets culturels dans lesquels je les entraîne à leur corps défendant, du moins au début ! « 

Nelly Turonnet, le 07 mai 2008

Suivez les aventures culturelles du Lycée Professionnel « Les Chartrons » de Bordeaux :

Lycée Professionnel « Les Chartrons »

Salamandre-post-footer